Le montant d’une pension de retraite s’obtient grâce à une formule de calcul précise, qui tient compte des revenus d’activités, de la durée d’assurance et de l’âge de départ à la retraite.

Connaître le montant de votre future pension vous permet de mieux anticiper et de prendre, le cas échéant, des décisions pour vous constituer un complément de revenus à la retraite. Pour pouvoir calculer cette pension, la Sécurité sociale applique des règles précises. Voici un aperçu du calcul qui sera réalisé au moment de votre départ à la retraite.

La formule de calcul

Pour déterminer le montant d’une pension de retraite du régime général de l’Assurance vieillesse, la formule de calcul utilisée est :
Revenu annuel moyen x taux de pension x durée d’assurance/durée d’assurance requise

Détaillons les éléments de cette formule de calcul.

Le revenu annuel moyen

Le revenu annuel moyen correspond à la moyenne des 25 meilleures années de carrière de l’assuré. Si l’assuré a cotisé à plusieurs régimes, les meilleures années sont réparties au prorata de sa durée d’assurance dans ces différents régimes. À noter que tous les éléments de rémunération (salaire de base, primes, heures supplémentaires…) et les indemnités journalières de maternité sont pris en compte pour le calcul du salaire annuel moyen.

Mais attention, certaines périodes ne sont pas prises en compte dans le revenu annuel moyen. Il s’agit notamment des années pour lesquelles le revenu ne valide pas de trimestres, les années qui comportent certains rachats et l’année du point de départ de la retraite.

Le taux de pension

Le taux de pension (appelé également taux de liquidation) s’applique au revenu annuel moyen. Ce taux dépend de plusieurs critères : l’âge de l’assuré, sa situation et le nombre de trimestres qu’il a acquis (durée d’assurance). Si l’assuré atteint l’âge de 62 ans, la pension de retraite sera calculée à taux plein (50 %), à condition toutefois de pouvoir justifier du nombre de trimestres de cotisations nécessaire (nombre déterminé en fonction de l’année de naissance).

Précision : le taux plein peut également être obtenu en atteignant un certain âge (entre 65 et 67 ans selon l’année de naissance de l’assuré).

Faute de remplir les conditions pour obtenir le taux plein, la pension de retraite est calculée avec un taux réduit. C’est la fameuse décote.

La durée d’assurance

La durée d’assurance correspond au nombre de trimestres de cotisations acquis auprès du régime de retraite. Pour pouvoir prétendre à une pension de retraite pleine et entière, l’assuré doit justifier d’une durée d’assurance équivalente à celle exigée pour obtenir le taux plein. Cette durée est comprise entre 150 et 172 trimestres, selon l’année de naissance. Si la durée d’assurance est inférieure à la durée nécessaire pour obtenir une pension à taux plein, la pension est calculée proportionnellement à la durée d’assurance effective. Toutefois, l’assuré peut, outre racheter des trimestres, valider des trimestres supplémentaires, notamment pour les périodes :– d’activité salariée, salariée agricole, artisanale, commerciale qui ont donné lieu à des cotisations ;– assimilées à des périodes d’assurance (maladie, maternité…) ;– validées par présomption.

Exemple : né en janvier 1960, Patrick a un salaire annuel moyen de 52 000 €. Il décide de prendre sa retraite en janvier 2022, à 62 ans. Il a cotisé et validé 167 trimestres. Ce qui lui ouvre droit à une pension de retraite calculée au taux plein de 50 %. Le montant de sa retraite de base sera : 52 000 € x 50 % x 167/167 = 26 000 € par an, soit 2 166 € brut par mois. Somme à laquelle viendra s’ajouter la retraite complémentaire.

La retraite complémentaire

Premier pilier de la retraite obligatoire, le régime de base est le socle du système de retraite en France. Un régime de retraite par répartition qui concerne tant les salariés du privé que les fonctionnaires, les travailleurs non salariés et les salariés bénéficiant de régimes spéciaux.

À côté de ce régime de base, il existe un régime de retraite complémentaire. Un régime qui, à l’instar du régime de base, est obligatoire. Ainsi, au moment du départ à la retraite, l’assuré percevra un revenu complémentaire de sa pension de base. Son montant correspondant au nombre de points acquis par l’assuré multiplié par la valeur du point en vigueur. Attention toutefois, la plupart des caisses de retraite complémentaire disposent de leurs propres règles.

Afin d’aider les assurés à y voir plus clair, le site internet www.info-retraite.fr permet d’obtenir diverses informations relatives à sa carrière et à ses droits en matière de retraite. Il est notamment possible d’accéder à son relevé de carrière, de corriger les anomalies éventuelles, de connaître son âge de départ à la retraite, d’accéder à un simulateur permettant d’avoir une estimation de sa future pension de retraite. Il est même possible de demander en ligne sa retraite auprès de tous les organismes concernés.


Partager :

Articles

Evaluer vos frais d'achat
Vérifier vos capacités d'emprunt
Calculer vos remboursements de prêt
Calculer vos plus-values immobilières
Procéder à des donations
Acheter une maison
Se séparer, divorcer
Entreprendre
Vivre à l’étranger
Vendre un bien immobilier
Louer un bien immobilier
Optimiser votre patrimoine
Se marier, se pacser
Adopter un enfant
Vous vous posez des questions sur l’héritage
Protéger et prévoir l’avenir de vos proches