Après une année 2020 sinistrée, le marché du champagne a opéré un rétablissement aussi spectaculaire qu’inattendu en 2021, porté en particulier par l’export.

Vin festif par excellence, le champagne a figuré en 2020 parmi les produits sinistrés par les restrictions sanitaires. Le retour d’une demande vigoureuse au premier semestre 2021 a surpris les Champenois eux-mêmes, par sa rapidité et son ampleur. Au point que l’année écoulée devrait marquer un record pour le chiffre d’affaires de la région, à près de 5,5 milliards d’euros, selon les indications données début décembre par Jean-Marie Barillère, coprésident du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), contre 5 milliards en 2019. Quant aux volumes vendus, autour de 315 millions de bouteilles, il faut remonter à 2011 et à ses 323 millions de « cols » pour trouver mieux, sachant que le marché du champagne avait connu des années difficiles avant la pandémie, en France et au Royaume-Uni.

Un marché en pleine effervescence

Cette vigueur du marché a plusieurs origines. En premier lieu, 2020 a été catastrophique, mais moins que redouté, avec une contraction de « seulement » 18 % des volumes vendus, à 244 millions de bouteilles. À cette résistance relative s’est ajoutée la nécessité, pour les distributeurs, de reconstituer des stocks réduits au minimum. Enfin, la demande a été portée par la consommation à domicile et l’exportation, qui comprend les produits les plus haut de gamme, ceux qui font pétiller chiffres d’affaires et bénéfices. « Les consommateurs ont envie de se faire plaisir, ils ont accumulé une épargne forcée et il y a une volonté de revanche sur la pandémie », analysait à l’automne Quentin Meurisse, directeur marketing pour le champagne chez Pernod Ricard (Mumm, Perrier-Jouët).

Le rebond de la Champagne s’est traduit dès le premier semestre 2021 dans les chiffres d’affaires et résultats des maisons de la région, bien représentées à la Bourse de Paris, où leur parcours a été très positif l’an dernier. À côté des deux généralistes, LVMH, le numéro un du secteur (environ la moitié du chiffre d’affaires de l’appellation en 2019 avec les marques Moët & Chandon, Veuve Clicquot, Krug, Dom Pérignon, etc.) et Pernod Ricard, figurent aussi trois purs négociants champenois : Lanson-BCC, Laurent-Perrier et Vranken-Pommery Monopole.

Les principales valeurs du secteur
Valeurs Évolution sur 1 an Évolution sur 5 ans
Lanson-BCC +32,7 % – 14 %
Laurent-Perrier +38 % +41,3 %
LVMH +42,3 % +301 %
Pernod Ricard +34,9 % +103 %
Vranken-Pommery Monopole +22,5 % -15,5 %


Partager :

D'autres actualités

Evaluer vos frais d'achat
Vérifier vos capacités d'emprunt
Calculer vos remboursements de prêt
Calculer vos plus-values immobilières
Procéder à des donations
Acheter une maison
Se séparer, divorcer
Entreprendre
Vivre à l’étranger
Vendre un bien immobilier
Louer un bien immobilier
Optimiser votre patrimoine
Se marier, se pacser
Adopter un enfant
Vous vous posez des questions sur l’héritage
Protéger et prévoir l’avenir de vos proches